Dysphasie, mon enfant ne parle pas.

enfant-dysphasie.fr   contact

On vous a parlé de « dysphasie » Votre enfant ne parle pas...

EN RÉSUMÉ
  • Faire faire un bilan ORL
  • Faire faire un bilan orthophoniste
  • Prendre contact avec la MDPH
  • Prendre rendez-vous pour un bilan complet du langage dans un centre de référence
  • Prendre contact avec les enseignants
  • Prévoir le planning de rééducation etc.
  • Adhérer à une association.

  • image enfant dysphasique


    Ne vous affolez pas trop tôt, avant 3 ans, il est difficile de savoir si votre rejeton est un gros paresseux qui sait très bien se débrouiller avec quelques mots de bébé ou s’il existe un problème. C’est le plus souvent à l’entrée en maternelle que le doute s’installe. La distinction (très théorique) entre retard du langage simple (qui va passer tout seul) et trouble spécifique du langage (dysphasie) ne peut se faire qu’à 4 ans environ, grosso modo en moyenne section de maternelle (pour la France) et le diagnostic définitif vers 7 ans

    En pratique, il faut :

  • Voir un ORL pour éliminer un trouble de l’audition.
  • Voir un orthophoniste (logopède en Belgique) pour faire un bilan orthophoniste (restons logiques) qui permettra de débrouiller la situation et de savoir si oui ou non il faut poursuivre la visite de toutes les salles d’attente du secteur.
  • Faire faire un bilan complet, le plus souvent dans un CHU pour les Français (liste des centres compétents), dans un grand hôpital universitaire pour les autres pays. Ce sont des tests multiples (QI, langage …) afin de savoir si votre enfant est dysphasique ou pas et préciser le type de dysphasie pour orienter le travail du principal intervenant :l’orthophoniste. Prenez rendez-vous rapidement, les délais sont très longs (6 mois à un an) mais il n’y a aucune urgence, l’orthophoniste peut travailler avant.
  • Modifier son agenda pour les années à venir pour caser 2 à 3 séances par semaine avec cet orthophoniste et pourquoi pas un suivi par un psychologue ou un ergothérapeute, les réunions avec l’institutrice ou le réseau plus une à deux fois par an les contrôles au CHU sans oublier la danse, le piano, le judo, pour ne pas l’enfermer dans un circuit uniquement médical, il doit vivre quand même !
  • Choisir entre un suivi simple en libéral, une classe adaptée voire même une institution spécialisée ? Pas simple, chaque cas est différent mais plus votre enfant reste dans un circuit « normal », mieux il sera préparé à affronter la vie, et pour lui ça sera dur. Et la question se repose chaque année.
  • Adhérer à une association de parents d’enfant dysphasiques. Surtout ne perdez pas de vue que:
  • Seul un centre compétent peut affirmer le diagnostic,et ce, après 4 ans au mieux, plutôt après le CP. Prenez rendez-vous dés qu’on vous parle de dysphasie. Avant, quelle que soit la qualité & les compétences des intervenants, il ne s’agit que d’une possibilité.
  • Ne vous trompez pas d’interlocuteur : le médecin ou l’orthophoniste ne sont pas là pour apprendre à lire à votre enfant et l’instituteur n’a pas à faire de diagnostic médical.
  • Vous allez avoir à vous battre contre tout le monde,surtout l’Éducation Nationale et la MDPH. Tenez bon, n’oubliez jamais,même si ce n’est pas toujours facile, que :

    Les parents ont toujours le dernier mot

    parents ont toujours le dernier mot
    Pour avoir plus de renseignements, vous pouvez me contacter ou, beaucoup plus efficace, le forum : je tiens à préciser que je ne suis pas un grand spécialiste de cette maladie, juste un père de famille qui aimerai que son expérience serve à d’autres. Si vous cherchez des adresses de médecins ou d’école,adressez-vous plutôt aux associations.
    Bon courage !!!


    Quelques publications intéressantes sur la dysphasie et l'enfant:


    Utilisez ce formulaire pour nous contacter, une réponse vous sera adressée sous 48 heures maxi.
    Vous pouvez également nous faire parvenir vos témoignages, ils seront publiés sur cette page.

    Vos coordonnées

    Votre message :